Mastering – 4 Titres de Spoken Hopes

Spoken Hopes est un groupe de Rock alternatif indépendant, Orchestré par Arthur Belhomme (guitare/chant), et Manon Laterza (chant/guitare), rejoint récemment par (dans l’ordre) moi-même (batterie), et Théo Dufils (basse).

Bien que les 4 titres que j’ai masterisés ne soient qu’un EP (très propre cela dit), cet article est destiné à montrer comment j’opère en mastering et à donner un exemple concret de la différence avant/après. Il a été mixé et arrangé par Arthur Belhomme dans son intégralité, qui fait également la basse sur les enregistrements, et je fais une apparition à la batterie (ou plutôt batterie electronique MIDI + Superior Drummer, comme souvent) sur Start Living.

Comme d’habitude, pour commenter, partager, follower, c’est sur Soundcloud !

 

Voici donc les morceaux Avant/Après Mastering en WAV 44.1Khz/16b pour ne rien louper !

Goodbye

I should have waited

Start Living

Tiny piece of Heaven

 

 

Approche

Comme toujours, la première étape c’est d’écouter et de décortiquer. Globalement, les mix sont assez homogènes en termes de sonorités et de couleur, c’est déjà un bon point. Cependant, je note de nombreux effets de masque dans le bas medium, des kicks qui manquent de punch, la voix qui passe un peu en retrait, tantôt un manque de clarté, tantôt de l’agressivité, avec en prime un son un peu trop propre, trop numérique … En somme, l’ensemble manque un peu de punch. Il faut donc chercher à corriger ça en premier, et non pas se contenter de chercher à sonner le plus fort !

 

Pratique

Globalement, j’ai utilisé à peu près le même workflow pour tous les morceaux de l’EP :

Avant toute chose, je fais un projet avec une piste par morceau + une piste d’un morceau référence, pour vérifier que je suis dans les clous, et enfin, le superbe et gratuit BlueCat’s FreqAnalyst sur mon master pendant tout le process pour confirmer ce que mes oreilles entendent. Et après chaque master, j’écoute à nouveau les morceaux précédents ainsi que la référence pour vérifier la cohérence.

D’abord un léger EQ pour équilibrer légèrement chaque mix comme je le sens.

Ensuite un peu de distorsion type lampe par bande de fréquence.

Ensuite j’ai énormément travaillé sur une compression multibande et MS, c’est à dire que j’applique une compression différente sur 4 bandes de fréquence à chaque fois pour la composante mono (centre) et stereo (sides). J’en profite à ce moment là pour ajuster le niveau de chaque bande de fréquence en travaillant sur la compression et le volume de sortie, j’équilibre le tout, en essayant notamment d’avoir des aigus plus fins mais pas agressifs. De la sorte, j’ai pu réduire les effets de masque tout en faisant ressortir les voix, et calmer les ardeurs de certains instruments ou certains sons, et retrouver de la clarté.

Ensuite j’ai pu ajuster encore un peu la largeur de l’image stereo par bande de fréquences également.

J’ai ensuite parfois rajouté un multibande juste pour certaines fréquences ou certains sons qui explosaient le PPM (peakmètre) et les oreilles.

Derrière ça, j’ajoute un petit compresseur de BUS, c’est à dire typé analogique avec une attaque assez longue, un release assez court, et un ratio assez faible, de quoi gluer un peu le mix, et niveller légèrement de quelques dB les morceaux.

Ensuite on y est presque, j’ajoute mon limiteur préféré en jouant sur les réglages afin d’arriver au niveau RMS souhaité sans smasher toute la dynamique. D’ailleurs en parlant de dynamique, globalement on tourne à -12dB RMS pour les parties les plus fortes, la musique ne se prêtant pas à plus, excepté sur Goodbye, où le mix est bien “glué” et où l’on grimpe parfois à -8dB RMS.

Et pour terminer, les petits fades et les conversions aux formats désirés que je réalise avec Adobe Audition (CC 2015 actuellement mais historiquement j’utilisais le AA 3) qui en plus d’être très précis et pratique, a toute ma confiance pour ces opérations.

Et voilà le résultat !

Si vous avez des questions, des remarques suite à ça, n’hésitez pas à me contacter ou à commenter !